Pour résister au capitalisme faisons la sieste

Si vous aussi pensez que faire la sieste est un art – révolutionnaire et pacifique – qui permet de changer le monde je vous recommande ce livre

LA CITATION DE LA SEMAINE

L’amour est une mise à mort qui me fait être. – Julia Kristeva

L’APHORISME DU MOIS

Ce n’est pas parce qu’il a une grande queue que le têtard n’a jamais mal à la tête. – Frédérique Vianlatte, 20/11/1990, inédit.

LE TEXTE DU MOIS

Jamais à la bonne taille


Il était jeune. Un beau visage. De l’humour, de la sensibilité. Mais il était gros. Obèse. Énorme. Pour se moquer, elle lui dit qu’elle accepterait de l’embrasser à condition qu’il perde 50 kg avant la nouvelle année. C’était impossible. Il faillit y perdre la vie. A l’hôpital, honteuse, flattée mais têtue, elle lui proposa une autre méthode. Plus douce, plus chaude : 10 kg de moins, il pouvait lui faire une bise dans le cou ; 20kg de moins, l’embrasser à pleine bouche ; 30Kg, lui caresser les seins, 40 kg, couvrir ses fesses de baisers ; 50 kg, plonger son sexe en elle. Il prit les conseils d’un diététicien et, tous les jours, alla à la piscine. Un an plus tard, il l’embrassait dans les drive-in. Dix-huit mois après, sur la plage, il passait l’ambre solaire sur ces seins en forme de poire sucrée. Neuf mois d’effort supplémentaires et, enfin, il allait pouvoir la dévorer tout entière de baisers fous, venir en elle et mourir de plaisir. Entre temps, bien sûr elle s’était fiancée, mais une promesse et une promesse, le parjure est un péché et elle voulait le paradis. Mais voilà, le jour J, malgré tout son désir à lui, malgré toutes ses caresses à elle, rien n’y fit. La panne, sèche, totale, désespérante. Fou de douleur, il décida de se suicider. De se laisser couler dans cette piscine source de tant d’efforts, cause de tant de douleur. Une dernière fois, il fit son sac. Une dernière fois, il prit son vélo. Une dernière fois, il monta l’escalier de la piscine municipale. Une dernière fois, il passa devant les yeux vides de la caissière. Une dernière fois, il se déshabilla. Une dernière fois, il avança à pas lents, pour ne pas tomber, dans le couloir qui mène au bassin olympique. Là, pour la première fois, il remarqua le sourire ensorceleur de la jeune femme de service. Ce fut le coup de foudre. L’amour fou. La femme de sa vie qui lui avoua, plus tard, que, depuis un ans déjà, elle ne cessait d’attendre le regard de ce jeune homme qui venait tous les jours et s’obstinait à porter un maillot de bain qui n’était jamais « à la bonne taille ».

Frédérique Vianlatte, Mars 2014.


UN EXTRAIT DE « POUR RÉSISTER AU CAPITALISME : FAISONS LA SIESTE »

RENIFLONS-NOUS LES UNS LES AUTRES

Voir de loin, c’est bien ; sentir de près c’est mieux ! Ce qui est vrai pour les bons plats mijotés avec amour l’est aussi pour les relations humaines quotidiennes. Dans la rue, le métro, nous passons notre temps à nous voir sans nous regarder, à éviter le regard de l’autre. L’autre est là et pourtant absent. Il est incolore et inodore.C’est encore pire avec le net ou le smartphone. L’autre est toujours là, à portée de main et pourtant jamais ici, sans odeur sans saveur. On l’appelle pour se rapprocher, mais en restant à distance. Surtout ne pas ressentir le corps inquiétant de l’autre ! Dès lors, l’autre n’empeste plus, il ne sent pas bon non plus. L’autre n’est plus qu’une image, un ensemble de pixels sans arôme. Le parfum de la vie s’évapore, reste juste l’effluve des gaz d’échappement.Ne restons plus des sous-cyborgs, redevenons des hommes. N’échangeons plus des informations à distance, rencontrons-nous, pour de vrai. Touchons-nous, reniflons-nous…..

LE SITE EN UNE PHRASE SELON LES INTERNAUTES

“Un éloge de l’épicurisme et un manuel de désobéissance civil, en même temps! ». – Carol

LES SITES QUE JE RECOMMANDE

logotype du site le délibéralisme
logotype du site tavernes des pores
logotype du site riuess
logotype du site pollinis
logotype du site de benard garrigues
logotype du site enercoop
logotype du site grin